Biodiversité

Préserver la biodiversité chaque fois que cela est possible est une volonté de Luminus.

Pour Luminus, préserver la biodiversité est à la fois une obligation et une volonté. Des études d’incidence doivent notamment être réalisées avant toute demande de permis, en particulier lors de la construction d’éoliennes en zone rurale. Le renouvellement de certains permis est également parfois assorti d’études complémentaires, notamment dans le cas de certaines centrales hydrauliques construites sur la Meuse dans les années cinquante.

Au-delà de ces actions obligatoires, Luminus contribue à la préservation de la biodiversité, chaque fois que cela est possible. C’est notamment le cas sur :

  • les sites de Ringvaart et de Seraing (zones de fauchage tardif),
  • les sites d’Angleur et de Lixhe (espaces dédiés à la biodiversité)
  • les quatre sites accueillant des colonies d’abeilles (Floriffoux, Grands Malades, Seraing et Ringvaart).

Etudier le comportement des saumons et de anguilles

Les centrales hydroélectriques construites sur la Meuse depuis plus de 50 ans peuvent contribuer à la surmortalité de certaines espèces de poissons migrateurs. Des études sont donc menées pour mieux connaître le comportement des poissons en amont et en aval des centrales, afin de développer des systèmes adaptés pour préserver la biodiversité.

Life4Fish

Le projet Life4Fish est un symbole de la détermination de Luminus de jouer un rôle actif dans la production d’énergie renouvelable et dans la lutte contre le changement climatique.
Découvrez le projet

Contribuer à la protection des abeilles

En Belgique comme ailleurs en Europe, le taux de mortalité des abeilles est de plus de 30 % par an, alors qu’il ne dépassait pas 15 % au début du siècle. Les conséquences peuvent être dramatiques : 84 % des espèces cultivées en Europe sont dépendantes de la pollinisation par les insectes.

Afin de contribuer à la sauvegarde des abeilles belges, Luminus a signé un accord de partenariat avec Beeodiversity dès 2014. Cet engagement s’est traduit par l’installation de 12 colonies d’abeilles sur 2 sites thermiques et 2 sites hydrauliques, choisis en fonction de l’abondance de nourriture disponible tout au long de l’année. En 2017, le nombre de colonies a été réduit à neuf colonies, pour tenir compte de la production de miel observée sur chacun des quatre sites.

Le partenariat avec Beeodiversity présente un avantage décisif : il suit un protocole strict en vertu duquel un taux de mortalité de moins de 5 % est garanti, grâce aux études menées en lien avec l'université de Liège (Gembloux Agro-Bio Tech).